Flexitarien, quesaco ?

Facebook Linkedin

En France, le modèle agricole dominant, l’agriculture intensive :
➡ est responsable de 17% des émissions nationales de gaz à effet de serre, qui accélèrent le réchauffement climatique
➡ dégrade la biodiversité : des populations d’oiseaux et d’insectes disparaissent
➡ pollue les sols, les eaux et la qualité de l’air est dégradée

Beaucoup de produits que nous achetons régulièrement contribuent à la déforestation. La viande, les œufs ou les produits laitiers sont issus d’animaux dont la plupart sont nourris au soja cultivé de manière intensive en Europe ou en Amérique !

Savez-vous que 15 000 litres d’eau sont nécessaires pour produire un seul kilo de bœuf (pour irriguer les céréales, le fourrage, et faire boire l’animal). Celui-ci au cours de sa vie va consommer 1300 kg de grains et 7200 kg de fourrage.

Et puis manger moins de viande permet aussi de préserver sa santé. Manger moins de viande réduit les risques de maladie cardio-vasculaires et les risques de cancer du colon. La viande rouge est depuis quelques années classée comme probablement cancérigène et les produits transformés à base de viande comme « cancérogènes ».

Essayons alors de réduire notre consommation de viande et de produits d’origine animale !
Connaissez-vous l’alimentation « flexitarienne » ? Un grand mot qui veut tout simplement dire : moins de viande, moins de poissons, et plus de fruits, légumes, céréales et légumineuses. En gros, consommer moins (et mieux) les produits d’origine animale.

Nous sommes tous concernés : les écoles et les restaurateurs s’y mettent aussi en s’engageant dans la démarche lundi vert.